By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

La crise sanitaire liée au covid-19 nous amène à vouloir relocaliser en France mais pas à n’importe quelle condition. Le plan de relance que construit le gouvernement devrait accélérer la décarbonation.

 

L’industrie lourde

Les sites industriels qui seront relocalisés devront donc respecter les enjeux climatiques mais pour cela il doit déjà exister un écosystème engagé dans la décarbonation des usines. On se doute que l’industrie lourde va être dans le viseur de cette démarche. En effet, elle concentre environ 2/3 des émissions de carbone de l’industrie manufacturière alors quelle ne représente que quelques pourcents des sites industriels.

 

Décarbonation

La décarbonation, qui est donc la réduction des émissions des Gaz à effet de serre, peut se faire par deux grands leviers:

  • Utiliser des énergies qui émettent peu de CO2. On peut alors parler de biomasse ou même d’électricité. Effectivement, la politique du nucléaire en France, aussi discutable soit-elle, permet d’émettre peu de GES pour un kWh consommé
  • L’efficacité énergétique. Évidement, l’énergie qui émet le moins de CO2 est celle que l’on ne consomme pas.

La Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) fixe un objectif de réduction des émissions de GES de 81% d’ici 2050 par rapport à 2015. Il y a donc du pain sur la planche !

 

Financement

Le plan de relance que le Gouvernement est en train de mettre sur pied devrait apporter, en 2020, une enveloppe de 200 M€ pour aider les industriels dans leur démarche de décarbonation. Ce plan devrait être maintenu sur 2021 et 2022. A l’heure où cet article est rédigé, nous connaissons seulement les grandes lignes de ce plan de décarbonation de l’industrie. Nous trouverons :

  • Un soutien à l’efficacité énergétique dans les procédés industriels pour faciliter les investissements par l’amélioration de l’efficacité énergétique et/ou l’adaptation des procédés.
    • Pour les projets représentant un investissement de plus de 3M€, un appel à projets de l’ADEME sera lancé en septembre 2020.
    • Pour les projets d’électrification, un appel à manifestation d’intérêt dédié sera organisé à la même période pour un appel à projets en 2021.
    • Pour des projets nécessitant un plus faible investissement pour des actions standards, une liste d’actions éligibles est en cours de construction. Pour voir l’avancement cliquez ici.
  • Un soutien à la chaleur bas carbone qui portera sur les installations pour compenser l’écart de coûts entre la chaleur produite à partir de biomasse et une solution fossile classique. L’ADEME organisera un appel à projets également en septembre 2020.

 

Pour en savoir plus sur votre éligibilité c’est ici.

Vous aimerez aussi

La fiche CEE IND UT 134 finance la mise en œuvre d’un système de mesurage d’indicateurs de...

Dans la continuité du décret tertiaire a été publié en Juillet 2020 le décret BACS qui vise à...

PRO-SMEn est un programme français porté par l’ATEE qui permet de financer la mise en œuvre de la...

Laisser un commentaire