By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

IPMVP, DJU, CEE, NOME, TURPE…De nombreux acronymes, des normes ou rapports sont présents dans le monde de l’efficacité énergétique, … Malgré une volonté d’ouvrir ces problématiques au plus grand nombre, certains restent difficiles d’accès.

En effet, avec les volontés gouvernementales française, européenne et mondiale de ces dernières années de réduire les consommations d’énergies, notamment dans l’industrie (protocole de Kyoto, accords de Paris, …), bon nombre de méthodes ont vu le jour sans pour autant être accompagné d’un livret “for Dummies”.

Il est temps de démystifier ces méthodes et de les traduire pour le commun des mortels que nous sommes.

L’ IPMVP, mais qu’est-ce donc ? -> International Performance Measure and Verification Protocol (ou, en français, Protocole International de Mesure et de Vérification de la Performance énergétique).

Effectivement, dur à digérer aux premiers abords mais commençons par le commencement.

De l’origine de l’ IPMVP…

Il était une fois des industriels, soucieux de leur performance énergétique, qui ont souhaité réduire les consommations d’énergies de leurs process et autres utilités.

Les méthodes utilisées pour ces réductions ainsi que leurs coûts sont connues depuis longtemps (maintenance préventive, campagne de maintenance, variateurs, gestions optimales, …). Néanmoins le maître mot reste le ROI (Return On Investment) de ces actions. Afin de pouvoir calculer ce dernier, les industriels se sont rendu compte qu’il est nécessaire d’effectuer une comparaison entre le résultat de cette action et avec ce qui se serait passé sans avoir mis en œuvre cette action.

…en passant par l’exemple …

Faisons une petite parenthèse avec une activité quotidienne pour mieux comprendre.

Imaginez-vous, chez vous, dans votre foyer, muni d’un chauffage central contrôlé par un régulateur (que nous estimerons performant). L’année dernière, en hiver, vous avez fixé la température à 22°C. L’hiver se passe et votre facture d’électricité (ou gaz, fioul, …) ne vous laisse pas de marbre. Parfait, l’année prochaine vous décidez de réduire la consigne à 21°C car cela vous semble tout à fait acceptable et vous avez lu quelque part que baisser la température d’un seul degré vous ferait réduire votre consommation de façon non négligeable. L’hiver suivant se passe. Nouvelle facture, et là stupéfaction, son montant est encore supérieur au précédent !!

Vous comprenez rapidement que l’hiver ayant été plus rude, ce résultat n’est pas aberrant. Mais alors comment savoir ce que votre choix de baisse d’un degré a eu comme implication sur le montant de votre facture ? IPMVP of course !!

Ce protocole vous fournit la méthodologie, les explications et mêmes des exemples mathématiques pour mesurer et vérifier votre performance énergétique (oui, tout était dans le titre !).

Dans notre exemple simple, la méthodologie prônée dans l’ IPMVP ne serait pas complète du fait qu’il est nécessaire de mesurer les variables que l’on appelle explicatives.

A travers quelle donnée, pourrait-on définir la rudesse d’un hiver … : les données météo !! Notamment et en premier lieu la température.

Sur un exemple simpliste, les variables explicatives sont évidentes. Pour des problématiques plus complexes comme l’industrie par exemple, les variables explicatives sont définies par les statistiques. Oui je sens votre réticence à l’évocation de ce mot barbare et des heures de souffrance à l’école. Mais rassurez-vous, il y a désormais des logiciels d’efficacité énergétique qui vous viennent en aide en “prémâchant” les problématiques statistiques et en s’aidant de votre connaissance métier pour définir les meilleurs modèles.

IPMVP Avec un peu de technique !!

Pour entrer un peu plus dans les détails techniques et méthodologiques de l’ IPMVP, celle-ci propose un canevas qui pourra être suivi et complété par l’industriel. Ce dernier devra définir dans un premier temps le périmètre de son étude de mesure et vérification, géographique ou énergétique. Ensuite si des mesures sont manquantes, un plan de mesurage sera défini en fonction des variables explicatives. Enfin, une modélisation statistique, physique, ou en simulation sera déterminée. De cette modélisation, des comparaisons avec la réalité seront effectuées. Ces comparaisons informeront directement sur les gains de l’action ou du groupe d’actions d’amélioration de la performance énergétique mis en place.

Donc lancez-vous dans la mesure et la vérification à travers l’ IPMVP et analyser vos actions d’efficacité énergétique et leurs conséquences !!

Vous aimerez aussi

Dans mes articles, j’utilise souvent le vocabulaire courant du monde énergétique quitte à faire des...

Pour un industriel électro-intensif la gestion de l’énergie est un enjeu majeur. En effet,...

Nous ne faisons pas de pub sur ce blog, mais nous ne pouvons ignorer la vague du Digiware de chez...

Laisser un commentaire