By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

Les entreprises les plus avancées dans leur démarche de management de l’énergie type ISO50001 utilisent des outils de diffusion d’informations automatisés pour sensibiliser ses collaborateurs. Si cela semble séduisant des problèmes remontent rapidement.

 

ISO50001 une norme collaborative

La consommation d’énergie est l’affaire de tous dans l’usine. La norme ISO50001, dont la version 2018, incite ainsi clairement à sensibiliser les collaborateurs. Cette démarche passe par des rapports envoyés par mail et des affichages accessibles à tous. En effet, il ne suffit pas de dire à tous les salariés “consommez moins”, il faut leur donner accès à leurs performances. Comme j’en ai déjà parlé dans un article on ne fait pas de régime sans un pèse-personne.

 

Le digital pour booster la norme ISO50001

Plutôt que le référent énergie fasse la collecte des données, leur mise en forme puis leur diffusion, différents logiciels du marché permettent d’automatiser ces tâches. Cela passe par des progiciels dédiés ISO50001, des GTC ou GTB, des outils de reporting… Les solutions ne manquent pas et son assez séduisantes car le référent énergie manque souvent de temps et il peut ainsi se consacrer à des tâches à plus fortes valeurs ajoutées.

 

La mauvaise surprise

Les rapports envoyés manuellement étaient souvent diffusés une fois par mois. Mais la tentation avec ces outils est d’envoyer de l’information de plus en plus vite et même en temps réel avec des écrans d’affichage ou des tableaux de bord. Et cela va clairement dans le sens de la norme ISO50001.

C’est là que commence les problèmes. En effet, le système de mesurage n’est pas infaillible. Problème au niveau du compteur ou de la collecte des données. Bref, les causes possibles de non qualité des données ne manquent pas. Et on se retrouve avec des graphiques inexploitables.

 

L’effet inverse

C’est alors que les rapports et affichages vont perdre toutes leurs crédibilités avec des graphiques vides, de par une absence de données, ou des analyses illisibles à cause d’une seule données aberrante.

Vous l’avez déjà vu celui la ? 😊

ISO50001

 

Avec ce type de graphique on voit surtout la ISO50001 comme une contrainte inutile plutôt qu’un levier de performance.

 

L’IA pour une sensibilisation ISO50001

Plutôt que le référent énergie nettoie les données, il existe des outils informatiques qui permettent de détecter et reconstruire automatiquement les données manquantes et erronées.

Certaines utilisent des données métier. Il faut pour chaque compteur indiquer des valeurs min/max à ne pas dépasser et une valeur moyenne est mise en remplacement. Cette méthode est peu précise et demande un temps de paramétrage non négligeable. Mais la norme ISO50001 demande de contrôler la véracité des données énergétiques.

Il existe une autre famille de solution avec l’intelligence artificielle et plus précisément le machine learning. Un ou des algorithmes apprennent le comportement du compteur, détecte les anomalies et propose une reconstruction au plus proche de la réalité.

 

ISO50001

 

Plus d’information sur ce projet en cliquant ici.

 

Vous aimerez aussi

La loi NOME amène une mutation en profondeur de l’achat d’électricité sur les sites industriels. Je...

La Mesure & Vérification est le “nouveau” concept de la gestion énergétique qui pourrait débloquer de...

Un indicateur de performance énergétique relativement générique est le talon de consommation....

Laisser un commentaire