PP1 et PP2 : Ils arrivent!

December 2018
By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

L’hiver, on parle de jours PP1 et PP2 qui correspondent au mécanisme de capacité. Quel est ce mécanisme qui pousse à réduire sa consommation en période de pointe ? Comment la facture est impactée? Voici quelques éléments de réponse.

 

Le mécanisme de capacité

La consommation d’énergie en hiver connait des fluctuations importantes, notamment pendant les périodes de grand froid où les équipements de chauffage sont fortement sollicités. Nous ne disposons pas des installations suffisantes pour couvrir ces pointes de consommations. Le risque est donc d’avoir des coupures d’électricité sur ces périodes. De plus, pour répondre à ces pics de demandes, ce sont souvent des centrales utilisant des énergies fossiles qui sont engagées, donc fortement polluantes.

Une solution pour répondre à cette problématique est la mise en œuvre d’un mécanisme de capacité. Les fournisseurs d’électricité doivent disposer de certificats qui démontrent qu’ils peuvent couvrir les besoins de leurs clients en période de pointe que l’on nomme PP1 et PP2.

 

Jours PP1 et PP2

C’est RTE (Réseau de Transport d’Electricité) qui fixe les périodes de pointe PP1 (10 à 15 jours par an) ou PP2 (10 à 25 jours par an). Les jours PP1 sont basés sur les prévisions météorologiques. RTE prévient pour PP1 le jour précédent à 9h30. Les jours PP2 sont déterminés par rapport à la tension du système électrique. RTE prévient également la veille mais à 19h.

En fonction du profil de consommation d’un site industriel, un niveau d’obligation de capacité est déterminé. Il s’agit de la puissance moyenne les jours PP1 pondérée d’un coefficient de sécurité. Il est possible de soustraire une capacité de production d’énergie si le site à des panneaux photovoltaïques par exemple. Si l’usine consomme plus que son niveau d’obligation de capacité pendant les créneaux PP1, un surcoût est appliqué sur la facture. Ce surcoût dépend d’une enchère qui pourra évoluer jusqu’à 60 000 €/MW à l’horizon 2020 selon un arrêté de 2016.

En revanche, dans le cas des PP2, il s’agit d’un engagement volontaire. Lorsqu’une journée est signalée PP2, le site industriel s’engage à réduire sa consommation, il s’efface, et bénéficie ainsi d’une rémunération pour sa disponibilité.

Vous aimerez aussi

Sorry, nothing here!

Laisser un commentaire