By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

Isabelle MICHEL, Chargée de développement régional au CETIM (Centre technique des industries mécaniques) nous apporte son retour d’expérience sur le programme CAP Energie.

Pouvez-vous nous présenter votre rôle au sein du CETIM ?

Je suis responsable du dispositif CAP Energie, du dispositif Ambition PME, qui vise la réduction et la maîtrise des consommations d’énergie des PME de la région Auvergne Rhône-Alpes.

En parallèle, je suis également chef de projet pour le CETIM de l’action CROISSANCE EXTERNE, pour aider les PME dans leur projet de croissance externe.

Enfin ma mission au sein du CETIM consiste également à développer les relations entre les industriels de la mécanique et les experts ingénieurs du CETIM.

 

Pouvez-vous nous présenter le programme Cap Energie du CETIM ?

Cap Energie est un programme initié en 2008, subventionné par la région Auvergne Rhône-Alpes et piloté par le CETIM. Son objectif est d’aider des PME industrielles à réduire leur impact énergétique au niveau de leur process et des usages industriels et d’optimiser leur contrat d’énergie.

Le CETIM a ainsi contribué à l’accompagnement de plus de 100 PME de différents secteurs comme la métallurgie, le plastique, le textile, la chimie ou encore l’agroalimentaire.

 

Quelle a été la méthode pour optimiser les consommations ?

Le CETIM a mis sur pied une approche très pragmatique pour ces PME qui ont besoin de résultats concrets et rapides. Il ne s’agit pas audit énergétique général comme ceux de l’obligation réglementaire. C’est une opération ciblée sur un ou deux usages qui présentent un fort potentiel d’économies même si ce ne sont pas nécessairement les plus gros consommateurs. Ces usages sont identifiés et analysés par un expert nommé par le CETIM, il va ensuite proposer un plan d’actions cadré avec évaluation des gains qui sont réalisables.

 La volonté du CETIM étant de générer des économies et pas des dossiers papiers inexploités, le programme comprend une deuxième phase qui consiste à la fois à accompagner la mise en place des premières actions et à faire monter en compétence la personne en charge de l’énergie. Il s’agit en quelque sorte d’une opération coup de poing qui vise à coacher les PME et à intégrer une démarche pérenne de maitrise de l’énergie.

 

Quels ont été les résultats de CAP Energie ?

Le CETIM a consolidé l’ensemble des chiffres des programmes CAP Energie depuis 2008, en résumé c’est :

  • Plus de 1,5 M€ d’économies récurrents
  • 22% en moyenne de gains énergétiques sur les sujets traités
  • 92% des entreprises qui recommandent le programme

Un constat général : c’est un projet fédérateur et mobilisateur au sein des PME.

 

Le mot de la fin ?

Nous avons encore beaucoup de travail concernant l’énergie au sens large (production, gestion, consommation, le mix…) pour répondre à la transition énergétique et je suis sincèrement convaincue que cela sera possible si tous les leviers sont actionnés, ils sont nombreux.  Accompagner les industriels dans cette direction en est un, il y en a des centaines d’autres. Si chaque levier est exploité alors le pari de la transition énergétique est en bonne voie.

Mais là, ce n’est que mon point de vue, la goutte d’eau qui devient rivière.

Vous aimerez aussi

Un IPE (Indicateur de Performance Energétique) est une information précieuse pour un référent...

Un four industriel est souvent un important consommateur d’énergie dans un usine. Il existe des...

Les sites industriels ont de plus en plus de compteurs et veulent remplacer leur tableur Excel,...

Laisser un commentaire