By Matthieu BOURGAIN
Posted: Updated:
0 Commentaires

TURPE : Elément fondamental de la facture d’électricité

Depuis la fin des TRV (Tarifs Réglementés de Vente), la facture énergétique des industriels est composée de la partie fourniture, ouvert à la concurrence, la partie acheminement, qui est réglementée, et les taxes. La part acheminement qui correspond au transport ou la distribution de l’électron selon le domaine de tension est régi par le TURPE : Tarif d’Utilisation du Réseau Publique d’Electricité.

Le TURPE est élaboré par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) puis est ensuite validé par le ministère en charge de l’énergie pour ensuite être publié au Journal Officiel de la République française.

Choisir son contrat, un casse-tête pour les industriels

Le TURPE est en fait un système de plusieurs équations permettant de déterminer le coût d’acheminement de l’électricité. On retrouve notamment la composante de gestion, la composante de comptage, la composante de soutirage, etc. Chacun de ces items de la facture fait l’objet d’une ou plusieurs options qui vont avoir un impact sur la formule de calcul.

Face à la complexité apparente du TURPE, les industriels jouent parfois à la loterie pour définir leur contrat. Même s’il est possible de consulter son transporteur ou distributeur d’énergie pour chercher à optimiser son contrat, il se pose toujours la question d’être juge et partie. Et cette optimisation du TURPE est valable à un instant donné sans garantie dans la durée selon l’évolution du site.

Préjugé : « Je ne paye pas de pénalité donc je suis optimisé »

A de nombreuses reprises nous avons constaté que des industriels, ne remettent pas en cause leur TURPE car ils ne payent pas de pénalités. Mais en réalité une puissance souscrite trop élevée peut faire augmenter considérablement le coût de la composante de soutirage !

Depuis le TURPE 5, entré en vigueur en Août 2017, il n’est plus possible d’avoir une puissance souscrite sans différenciation temporelle. Beaucoup d’industriels ont fait le choix de mettre la même valeur pour chaque classe de puissance et se privent ainsi de l’opportunité de réduire leur facture par simple peur de payer des pénalités.

Alors osez payer des pénalités de dépassement de puissance souscrite, mais juste ce qu’il faut.

Regardez un exemple concret d’optimisation du TURPE dans la vidéo ci-dessous.

Pour en savoir plus sur le logiciel utilisé dans la vidéo cliquez ici

Vous aimerez aussi

Aurelien BARBY, Directeur Développement industriel et commercial à UIMM LYON-FRANCE, nous présente...

Eddy POITRAT, Ingénieur Energie – Effet de Serre à la direction régionale Normandie de...

Un responsable Energie d’un site industriel m’a présenté une approche originale, je partage avec vous...

Laisser un commentaire